Gaël Liardon orgue

Roland Vouilloz lecture

Gaël Liardon

Gaël Liardon est né à Lausanne en 1973. Il a étudié le clavecin, l’orgue et la basse continue avec Pierre-Alain Clerc et Jovanka Marville, le piano avec Freddy Balta, et l’improvisation avec Rudolf Lutz. Il est organiste de l’église de Villamont et de la Chappelle Méthodiste du Valentin, à Lausanne. Il a créé le Festival de Musique Improvisée de Lausanne en 1997 et l’Ecole de Musique Improvisée de Lausanne en 2016. Il a également participé à la création du groupe de recherche sur l’improvisation de la Schola Cantorum Basiliensis (FBI). En 2011, il a fondé l’Ensemble Sweelinck de Genève et en 2013 il a fait partie des fondateurs de l’Association Orgues de Lausanne. Il compose principalement de la musique liturgique pour orgue et des chansons sur des poèmes français. Il prépare actuellement une thèse de doctorat sur les psaumes polyphoniques de Didier Poncet, sous la direction de Philippe Vendrix (CESR, Tours).

Roland Vouilloz

Né à Martigny en 1964, formé à l’Ecole supérieure à Genève de 1988 à 1990, Roland Vouilloz travaille depuis au théâtre dans plus de 80 spectacles notamment sous la direction de Jean-Yves Ruf, Philippe Sireuil, Benno Besson, Christophe Perton, Jacques Vincey, Gian Manuel Rau, François Rochaix, Martine Paschoud, Bernard Meister, Philippe Mentha, Gianni Schneider, Denis Maillefer. On a pu le voir dans de grands rôles du théâtre classique comme Antiochus dans Bérénice de Racine, Valère dans Le Tartuffe de Molière, Antoine dans Antoine et Cléopâtre, Leontes dans Le conte d’hiver, Feste dans La nuit des rois de Shakespeare, Matti dans Maître Puntilla et son valet Matti de Brecht, Arlequin dans Arlequin serviteur de deux maitres de Goldoni, Héracles dans La folie d’Héracles… Mais le théâtre contemporain et les auteurs vivants constituent le principal de son répertoire. Il a joué trois monologues: Je suis le mari de*** de Antoine Jaccoud, Dernière lettre à Théo de Metin Arditi et Quatre soldats de Hubert Mingarelli. Ces dernières années, on a pu également le voir au théâtre dans La panne de Dürrenmatt en tournée en Suisse et en France mis en scène par Jean-Yves Ruf ou encore dans le rôle de Arturo Ui dans La résistible ascension de Arturo Ui de B. Brecht, celui de Hoederer dans Les mains sales de J.-P. Sartre ou encore tout récemment au théâtre de Carouge dans le rôle de Jean dans Mlle Julie de A. Strinberg. A la télévision, on le connaît pour son rôle de Marcel, le kiosquier dans La minute kiosque, celui d’Oscar Moreau, le personnage principal dans la série CROM ainsi que celui de Raymond Héritier dans la série Station Horizon. Il a reçu le Prix 2004 de la ville de Martigny et en 2006, le Prix de théâtre de la Fondation vaudoise pour la culture. En 2012, à Soleure, il reçoit le prix du meilleur acteur suisse de téléfilm pour son interprétation de Oscar Moreau dans la série CROM.

programme

M. Ré-Dièse et Mlle Mi-Bémol

une nouvelle de Jules Verne,

soutenue par des improvisations à l’orgue.

 

L’histoire se déroule à Kalfermatt, petit village situé «…dans un des cantons catholiques de la Suisse, pas loin du lac de Constance, au pied des montagnes de l’Appenzell…». Les enfants de l’école ont formé une chorale sous la direction de l’organiste Eglisak. Devenu sourd, ce dernier doit abandonner son poste et l’église est privée de son musicien. Or, peut-on imaginer une messe de Noël sans musique? Un jour, deux personnages mystérieux arrivent au village…

Concert à Valère le 15 juillet à 16h.

Sonorisation spéciale permettant une bonne écoute du texte et projection sur le mur d’illustrations en couleur de Félicien de Myrbach.